Pension de la Vallée
Pension de la Vallée

Présentation

Le Tinker, connu sous les noms d’Irish Cob en Irlande, Gypsy Cob en Angleterre et Gypsy Vanner en Amérique du Nord, est une race équine de type cob, provenant des îles Britanniques. L'Irish Cob est irlandais et a un Stud-book Irlandais et le Gypsy Cob est Anglais et son stud-book aussi. Les Haras Nationaux Français reconnaissent la race du Cob Irlandais en 2008. Il comporte trois catégories :

  •       La section A : en dessous de 1,47 m : Le type "poney".
  •       La section B : au-dessus de 1,47 m : Du type Shire et       Clydesdale. 
  •       La section C – Crossbred : Le Gypsy Vanner Croisé peut être typé sport ou typé trait. Un des deux parents doit être un pur Gypsy Vanner

Le Cob Irlandais est un cheval très polyvalent sous ses apparences de cheval de trait. 

Il excelle en attelage mais aussi comme cheval d’extérieur ou encore comme cheval d’école ou de spectacle. Il est également plébiscité en équithérapie. Il est de caractère facile et très endurant et possède un bon mental.

 

Un peu d'Histoire....

Une verdine au bord de la route

L'utilisation de ce cheval se répand à la fin du XIXe siècle. Les Gitans de Grande-Bretagne élèvent des chevaux depuis la fin du XIXe siècle. Lorsque ces nomades britanniques commencent à vivre dans des verdines, vers 1850, ils utilisent des mules, puis se rabattent vers les chevaux de toute race adaptés au tirage. Ils choisissent leurs chevaux parmi différentes races de travail comme le Shire, le Clydesdale, le Dales, le poney Fell et des poneys Welshes. Ils ont besoin d'un animal de trait rustique et puissant, qui soit capable de subsister en pâturant sur les végétaux qu'il trouve tout au long de la route. Les Gitans attachent leurs chevaux avec de longues cordes et les laissent se sustenter librement lorsqu'ils ne tractent pas. Les choix de chevaux de traction incluent plus tard des chevaux « de couleur » pie, très démodés dans la société britannique et très généralement abattus. Parmi eux se trouvent un nombre significatif de Shires de couleur. Au fil du temps, ces animaux ne sont plus seulement un moyen de transport, les Gitans les considèrent comme leur plus grande fierté. Beaucoup de chevaux sont élevés par les Gitans.

La reconnaissance du Tinker est très récente. En 1993, il n'existe ni registre d'élevage, ni stud-book. Les traditions orales ont longtemps prévalu chez les Travellers comme chez les Gitans pour connaître la généalogie des chevaux. Sa reconnaissance internationale est récente, ces chevaux n'ont jamais été considérés comme formant une race véritable avant l'établissement de stud-books et de généalogies par écrit, après 1996. Les deux associations mères sont la Gypsy Cob Society au Royaume-Uni et l’Irish Cob Society en Irlande, qui se disputent sa paternité.

L'Union européenne oblige à une « formalisation » face au succès populaire des chevaux Tinkers et à leurs nombreuses exportations depuis les îles Britanniques. La première étape est la constitution d'une base de données génétiques et généalogiques. En 1998, le premier stud-book irlandais de l'Irish cob est officiellement établi. L'une des premières difficultés réside dans sa catégorisation en cheval de selle ou cheval de trait, s'agissant d'une race originellement sélectionnée pour la traction hippomobile mais désormais surtout employée sous la selle. En France, il existe ainsi deux strud-books reconnus, celui de l’Irish Cob (« cob irlandais »), originaire d'Irlande, et celui du Gypsy Cob (« cob des Gitans »), originaire d’Angleterre.

Le premier Gypsy Vanner enregistré est exporté en Amérique du Nord depuis les îles Britanniques en novembre 1996. Aux États-Unis, la Gypsy Cob and Drum Horse Association est formée en 2002. La même année ont lieu les quatre premières inscriptions de l'association française de l’Irish Cob.

Un stud-book est rouvert en Irlande en 2008. Certains éleveurs de chevaux irlandais installés en France se sont rapprochés au préalable de la Gypsy Cob Society, qui tient le stud-book anglais. Cette ouverture permet à l'association France Irish Cob de faire aboutir les démarches de reconnaissance de la race. Les stud-book anglais et irlandais sont tous deux reconnus sous convention de type II auprès des haras nationaux français en 2008 (le 17 septembre pour l'Irish Cob).

Un magnifique petit cheval

Le Tinker doit une bonne partie de ses caractéristiques à l'influence du cheval de trait. Il présente une forte ossature, des fanons très fournis, ses longs crins particulièrement abondants et souvent ondulés et une robe généralement pie. C'est « un cheval impressionnant, puissant, compact, trapu, harmonieux, majestueux et bien construit, proportionné, équilibré et empreint de bonté ». C’est également un cheval à sang froid, plutôt calme, mais il peut déployer de l'énergie sous la selle. Les standards sont définis par la Gypsy Cob Society et  l′Irish Cob Society. Il existe de légères différences entre les deux. C'est dans tous les cas un cheval solide et bien charpenté, avec des os et des articulations larges, sèches et nettes, qu’il soit mi-lourd ou lourd. Le squelette est fort, la musculature très développée. L'évaluation d'un Irish Cob s'effectue quant à elle sur sept critères : la ligne du dos, l'encolure, la tonicité de l'abdomen, les articulations, la croupe et le déplacement au trot. 

Les différents registres de la race ont peu d'exigences concernant la taille, mais certaines différences existent. La taille moyenne homologuée par la Gypsy Cob Society est de 1,40 m à 1,55 m, sans limite supérieure ou inférieure. France Irish Cob demande une taille entre 1,35 m et 1,55 m. Aux États-Unis et en Australasie, la taille demandée par les standards est de 13 à 16 mains, soit 1,32 m à 1,63 m. En Irlande et en Europe continentale, la taille admise peut aller jusqu'à 1,68 m pour certains types de la race. Le registre irlandais ne précise aucune limite inférieure, le cheval doit simplement toiser moins de 1,70 m pour être considéré comme un Irish Cob.

La tête est généralement bien formée. Elle est recherchée proportionnelle au corps, avec un large front plat et de fortes ganaches généreuses. Ces chevaux peuvent porter des « moustaches » abondantes, qui apparaissent et disparaissent en fonction du climat et de la saison.

L'encolure est puissante, bien rouée et bien attachée, généreusement musclée et compacte. Elle tend à être courte mais est recherchée « d'une longueur appropriée au corps ». Elle noie partiellement un garrot moyennement sorti et bien musclé.

Le poitrail doit être large et puissant avec une musculature ample, bien dessiné avec les antérieurs bien implantés, donnant une forme de « V » inversé très caractéristique.

La croupe est haute et généreuse, bien arrondie et musclée. Les Britanniques parlent parfois d′apple butt, c'est-à-dire de « cul en forme de pomme », pour désigner sa forme très particulière.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Pension de la Vallee